Châteaux de neige

Il ne faut pas grand chose à un enfant de trois ans pour s’amuser; un bol en plastique, une cuillère à soupe et un peu de neige… et c’est parti pour de nombreuses minutes de jeu!

Bruno est devenu un champion au ski; il passerait ses journées sur les planches… Il a pris le virus de sa maman 😉
Cédric et Bruno sont partis skier sur les « grandes » pistes du First, comme dirait Bruno. Il est si fier et heureux de pouvoir descendre depuis le haut de la montagne.

Augustin fait une petite sieste; il dort presque toute la journée dans le porte bébé. C’est un peu moins fun la nuit, avec réveils toutes les 3 heures au mieux!

Nous avons un temps magnifique depuis samedi, ce qui facilite grandement la vie… Les enfants n’ont pas froid et en profitent pour être dehors du matin à la fin de l’après midi.
Pourvu que ça dure jusqu’à samedi!

20140226-151601.jpg

20140226-151622.jpg

Notre bouffée d’oxygène…

Nous avons longuement hésité à réserver une location pour les vacances de février à la neige. Est-ce bien raisonnable avec un si petit bébé?
Finalement, l’envie était trop forte… Chalet réservé au mois d’octobre!

Ça y est; nous y sommes 😉
Arrivés hier en début d’après-midi, bien installés dans un confortable chalet proche du lieu des cours de ski, avec un soleil splendide, nous ne pouvons que passer un agréable séjour…
Bruno et Simon commencent les cours demain; troisième année pour Bruno et premiers cours pour Simon. Verdict demain matin s’il voudra continuer…

Voici la vue depuis la terrasse où j’écris tout en prenant un peu de couleurs au soleil:

20140223-144510.jpg

20140223-144533.jpg

Ce que j’aime par dessus tout à la montagne, c’est ce SILENCE, surtout quand les deux petits font la sieste et que Bruno skie avec papa!

Il y a dix ans aujourd’hui…

A la même heure, il y a dix ans, j’étais chez le coiffeur; envie de changer de tête en ce grand jour, passer du très long au court…

Il y a dix ans aujourd’hui, nous étions vendredi, et une bonne partie de ma famille s’apprêtait à faire le déplacement jusqu’à Strasbourg pour assister à ce jour si important pour moi, l’aboutissement de nombreuses heures de travail et la fin de mes longues études, à presque 25 ans…

Le 20 février 2004, à 17 heures, j’ai passé ma thèse de docteur en pharmacie. Le sujet était:
Les phyto-oestrogènes: alternative au traitement hormonal substitutif dans la ménopause et toxicité.

Je me souviens trop bien comme c’était impressionnant de parler devant un petit amphi constitué de la famille, quelques amis et les membres du jury! Je me suis perdue dans mes fiches, j’ai stressé, mais finalement j’y suis arrivée…

Nous avons continué la fête par un apéro à la fac puis mes parents nous ont tous conviés à un bon repas dans un restaurant tout proche de la cathédrale. Que de souvenirs!

Dix ans après, je suis mariée avec mon amour de la fac, et me voilà maman de trois beaux garçons et en congé parental…

Rendez-vous dans 10 ans… Sûrement dans une officine… Ou peut-être pas! L’avenir nous le dira…

20140220-115011.jpg

Bienvenue dans le désert médical…

J’ai appris hier soir une nouvelle qui m’attriste vraiment. La maternité où je suis née et dans laquelle j’ai accouché de nos trois garçons sera fermée à partir de lundi, à cause de la pénurie de gynécologues suite au départ à la retraite de deux d’entre eux. Le seul praticien qui y exerce ne peut pas assurer toutes les consultations et les gardes.

C’est bien dommage car je m’y suis sentie bien, dans cette petite maternité qui accueillait près de 450 nouveau-nés chaque année. Le personnel était accueillant et prodiguait des soins de qualité, dans une atmosphère presque familiale.

Maintenant, les futures mamans devront se rendre dans un hôpital plus loin, d’une plus grande capacité. Je suis bien contente d’avoir déjà accouché. A quelques semaines près, j’aurais dû parcourir 45 kilomètres pour aller accoucher et ma famille aurait dû faire ce plus long trajet pour venir me voir…

Nous avons aussi une pénurie de médecins généralistes dans notre canton. Les jeunes médecins ne viennent plus s’installer à la campagne.
Donc, si tu es malade, il faut avoir tes symptômes tôt le matin pour pouvoir appeler le secrétariat dès 8h30 pour avoir un rendez-vous dans la journée. Sinon, tu attends le lendemain ou tu te soignes par toi-même, ce que nous faisons la plupart du temps…
De plus, nos médecins ne font plus de gardes; alors direction les urgences si tu es malade le soir ou le week-end, avec des heures d’attente et le risque de ramener des germes dont tu n’étais pas encore contaminé!

En bref, il vaut mieux être en bonne santé… et faire confiance à ton pharmacien quand il s’agit de petits bobos 😉

Comment je suis devenue addict au jeu Candy Crush!

Si tu n’as pas encore entendu parler de ce jeu, passe ton chemin… Il vaut mieux ne jamais commencer; c’est comme quand tu commences un paquet de chips ou de cookies 😉 tu ne peux plus t’arrêter!

Mon mari m’a montré ce jeu sur sur iPhone il y a deux ou trois semaines. Pour les non initiés: le but du jeu est d’assembler des bonbons pour qu’ils se détruisent et arriver ainsi à un certain nombre de points ou réussir des défis.
L’inconvénient, c’est que tu n’as que 5 vies; toutes les 1/2 heures, tu en reçois une nouvelle ou tu peux en acheter, bien sûr!
Il y a aussi certains niveaux où tu dois demander l’aide de tes amis Facebook pour pouvoir y accéder, ou alors à nouveau payer.

Toujours est-il que j’aime y jouer… Dès que j’ai un petit moment, je fais une partie; en buvant mon café, en attendant mon fils au bus (parfois!), dans la salle d’attente chez le médecin,…

Du coup, mon téléphone a tout le temps la batterie déchargée; c’est l’inconvénient majeur de mon addiction!

Allez, je vous laisse, je viens de récupérer une vie 😉